Réaménagement de la Gare de la Part Dieu

logo-grand-lyon

Intervention de Marc Augoyard au nom du groupe « Centristes et Démocrates pour le Grand Lyon »

Le projet REAL est un projet très intéressant. Nous le soutenons tous, ce n’est donc pas la peine de revenir sur ses intérêts et ses potentiels à développer. Il permettra, nous l’espérons, la création à terme d’un véritable réseau RER intégré dans un système tarifaire unique par zone, fondé sur les bassins de vie. La réforme des collectivités locales pourra sans doute faciliter ce projet en réduisant la trop grande liste des interlocuteurs et permettre la création d’une autorité métropolitaine unique des transports.

Les deux principales gares de Lyon sont devenus plus que des lieux de passage, ce sont des lieux de connexion interquartiers. Mais à la différence de la gare de Perrache, la gare de la Part-Dieu n’a pas de voute où dévier le flux piéton et sa fréquentation va au-delà de sa capacité : elle est saturée. Il faut donc revoir son organisation intérieure, mais aussi au-delà. Le projet de délibération nous propose une étude pour une première phase de réaménagement de la gare. Mais le simple fait de déplacer quelques bancs ou quelques kiosques ne seront qu’une solution provisoire et insuffisante devant le développement futur et rapide de la gare !

Nous pouvons nous poser une autre question pour trouver une réponse possible à la gestion des flux au sein de la gare : est-il vraiment utile et pertinent de maintenir ou envisager les terminus de T3, T4 et C2 côté Villette alors que l’essentiel de l’activité, le métro, T1, C1, C3 et les bus sont côté Vivier Merle, et que les infrastructures y ont été pensées ? LESLYS et les bus interurbains pouvant demeurer côté Villette : urbain côté Vivier-Merle, interurbain côté Villette. Cette question a été maintes fois posée lors de la réalisation de l’arrivée de T3 à la Part-Dieu, et balayée au nom de la saturation de Vivier Merle. Mais saturée pour qui ? Les voitures ? Les transports en communs ne sont-ils donc plus la priorité en matière de transports ?

Autre idée qui refait surface de temps en temps, la création d’une gare souterraine à la Part-Dieu, mais son coût élevé, au moins 1,4 milliard d’euros et le manque d’empressement des acteurs du dossier ne peuvent que nous faire douter d’une réalisation rapide. Certains prônent au contraire la construction de quais supplémentaires du côté Villette. Mais est-ce une solution suffisante ? Est-elle vraiment souhaitable et envisageable ? Beaucoup de questions que l’étude devrait envisager, car penser la gare de la Part-Dieu aujourd’hui, c’est penser le développement des transports dans l’agglomération de demain.

leprogresIntervention relayée par Le Progrès dans son édition du mardi 7 avril.

Restons en contact !

One Reply to “Réaménagement de la Gare de la Part Dieu”

  1. La géographie de Lyon est très particulière, et depuis 150 ans (les compagnies pré-PLM) les choix d’infrastructure sont peu cohérents : multiples gares et pôles d’échange pas toujours bien reliés entre eux.
    Autre problème, le développement urbain gagnerait à être mieux maîtrisé, c’est aujourd’hui qu’on s’aperçoit qu’on manque de place dans le quartier de la Part-Dieu après 30 ans de construction effrénée… que la gare et trop petite après qu’on a fermé celle des Brotteaux etc.
    En conclusion, nous devons raisonner en termes de communication entre pôles (presqu’île, campus universitaires, gares, aéroport etc), et penser à long terme en réservant davantage d’espace public aux usages publics et aux transports doux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité