Modification de la DTA de la « Plaine de St Exupéry »

logo-grand-lyonIntervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Centristes et Démocrates pour le GrandLyon – UDI »

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Le préfet de la région Rhône-Alpes, Préfet du Rhône, a sollicité le Grand Lyon pour formuler un avis sur le projet de modification de la directive territoriale d’aménagement (DTA) sur l’espace interdépartemental de Saint Exupéry. La rédaction de la DTA doit permettre de préserver l’avenir et le développement de l’intermodalité.

Ce territoire représente un enjeu stratégique majeur pour la métropole lyonnaise aussi bien au niveau de son attractivité internationale que de son développement économique. Malgré cela, la gouvernance de ce territoire est morcelée et n’est pas à la bonne échelle, nous avons là une illustration du trop célèbre mille-feuilles administratif, un morcellement institutionnel pouvant aboutir à des incohérences. Le préfet de région a mis en place, courant 2011, un travail partenarial spécifique pour la « Plaine Saint Exupéry » qui réunit une vingtaine d’acteurs du territoire. Je reste convaincu qu’il aurait été plus satisfaisant au niveau démocratique, et plus efficace en termes d’aménagement urbain et de développement économique que ce territoire soit partie intégrante de la future Métropole. Monsieur Collomb vous aviez cette opportunité, je regrette que vous ne l’ayez pas saisie.

Ce projet de modification de la DTA réaffirme la nécessité de préserver les possibilités de développement de l’aéroport en maitrisant le développement du résidentiel, il réaffirme également le rôle intermodal de ce territoire avec la perspective des autoroutes de ferroutage permettant de répondre aux enjeux économiques et environnementaux, enfin il préserve le foncier pour des développements économiques à vocations logistiques et industriels de production. Ce sont là des points positifs qui sont en cohérence avec le travail important réalisé par la RUL sur le thème de la logistique.

En ce qui concerne le chantier d’autoroute ferroviaire à grand gabarit, il est important de rappeler qu’il constitue une pièce maîtresse très importante à l’équilibre économique de la nouvelle liaison Lyon-Turin. De ce fait ce chantier devra se trouver au plus près de la ligne TGV et comporter un branchement direct sur les accès alpins.

Au delà, la création de ce nouveau futur hub fret de St Exupéry soulève de notre part une interrogation sur sa mise en réseau avec les sites intermodals fret de Salaise-Sablons et Sibelin. Mise en réseau indispensable pour la cohérence du schéma logistique/fret du GrandLyon.

Enfin, si nous partageons l’objectif global de spécialisation production/logistique des activités économique sur ce secteur il nous parait souhaitable et pertinent qu’à proximité de l’aéroport des activités économiques à plus forte valeur ajoutées, de type tertiaire par exemple, puissent également être installées.

Il est indispensable que très rapidement nous puissions travailler sur une vision globale de développement des transports au niveau de l’aire métropolitaine Lyonnaise. En effet comment envisager plusieurs dizaines voire centaines d’hectare de zone d’activité économique sans avoir une desserte en transport en commun? Comment envisager le développement de notre aéroport sans dessertes en transports en commun avec Lyon? Nous espérons que la prochaine fusion du Syndicat Mixte des Transports du département du Rhône et du SYTRAL permettra rapidement de proposer une solution transport en commun renforcée, rapide, fiable et économique entre Lyon et St Exupéry.

Pour nous la désaturation du nœud ferroviaire Lyonnais ne doit pas être opposé a l’amélioration de l’accessibilité régionale, métropolitaine et locale de la plate-forme aéroportuaire de St Exupéry. Au contraire, il y a la possibilité d’un développement multipolaire permettant d’optimiser les investissements publics. Si nous voulons un aéroport international nous devons rapidement développer le hub ferroviaire de St Exupéry avec Grenoble, St Etienne mais aussi Genève.

Il est impératif pour la croissance économique de notre territoire de penser régional et européen. Nos entreprises ont besoin d’un aéroport compétitif, le Club des Entrepreneurs l’a d’ailleurs récemment réaffirmé en jugeant « largement insuffisante » la croissance du trafic. Aujourd’hui, notre aéroport est trop dépendant d’Air France dont le hub est Paris Charles de Gaulle. Air France vient par exemple d’annoncer la fermeture de 2 lignes à destination de l’Allemagne. Il est évident que l’essor économique de notre métropole passe par l’aéroport Saint-Exupéry… il ne tient qu’à nous d’en faire un atout.

Le territoire de la plaine de St Exupery a beaucoup de potentialités, d’atouts mais le travail partenarial risque à terme de montrer ses limites en termes de capacité d’action et de cohérence globale. Il convient aujourd’hui de passer à la vitesse supérieure sur ce territoire délaissé depuis des décennies, il en va de l’avenir de notre métropole

Je vous en remercie.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité