Fête des Lumières 2014

ville-de-lyonIntervention de Fabienne Levy au nom du groupe « UDI et apparentés » – Conseil municipal de Lyon du 22 septembre

Je profite de ce grand évènement culturel brillant et reconnu, monsieur le Maire, et surtout de ce début de mandat avec dans quelques mois la création de la Métropole pour demander à Monsieur le premier adjoint Kepenekian de nous parler de son projet culturel pour les années à venir.

Bien sur j’ai écouté avec beaucoup de passion votre ITW dans, je crois,« Lyon mag.fr » redisant votre ambition de voir LYON briller sur les tous les fronts de la culture !

Mais voilà nous aimerions approfondir le sujet.

Dans cette ambiance morose où le secteur culturel apparaît de plus en plus précarisé, il faut n’est-ce pas, redoubler d’imagination !

Les temps sont durs pour les finances publiques. Les collectivités territoriales, doivent faire face à des contraintes budgétaires inédites… et ca ne va pas s’arranger !
La ville de LYON a jusqu’à présent fait de la culture sa 1ère priorité budgétaire. Elle lui consacre un budget annuel autour de 100 M € (soit 21 % de des dépenses).
Mais sous ce mandat, la ville doit économiser 40 M€ sur le mandat.

Il y aura forcément un impact sur les capacités de la ville à répondre à l’ensemble des sollicitations.
Les choix seront donc plus délicats et complexes. Quelles méthodes et quelles actions allez-vous mettre en place pour que LYON reste sur le podium ? quels crédits budgétaires seront sanctuarisés ?
La culture sera-t-elle rétrogradée dans les priorités budgétaires face aux besoins importants en matière d’éducation et de petite enfance ?

Vous le voyez bien, il va falloir définir un projet lisible culturel et nous avons besoin de connaître vos priorités.

Sous l’ancien mandat nous vous demandions souvent une évaluation et un suivi des actions réalisés.
Nous attendons toujours ce travail fin qui assurera un développement cohérent.
Bref une méthode pas seulement comptable mais sociétale et rien n’est venu.
Quel budget mais aussi quel nouveau dialogue avec les acteurs culturels ?
Vous allez me répondre : regardez la biennale, regardez la charte de coopération culturelle,ça ne vous suffit pas ?

Nous nous voulons des précisions et de la justesse. La culture a un besoin croissant de cohésion et de cohérence.
La charte de coopération fut pour LYON, dans les années 2000, un véritable outil de mobilisation du droit commun mais à l’aube de la création de la métropole, avide de culture, pouvez nous dire comment vous allez agir ?
Bâtir un vrai projet culturel dans le contexte de contrainte budgétaire que nous connaissons implique de poser la question de la finalité. Pour qui ? Pour quoi faire ? Quelles priorités ?

Aujourd’hui, on regrette un manque de lisibilité. Artistes, acteurs culturels, mais aussi nouveaux élus ne comprennent pas toujours les critères de distribution des subventions.
Toutes collectivités doivent se plier à ce travail de fond et de forme C’est à ce prix que l’on donnera cohérence et lisibilité à la politique culturelle.

Notre ambition collective est de renforcer l’image de « ville de culture », qui est déjà celle de Lyon.
Nous vous proposons donc de façon solennelle de répondre à nos interrogations.Ce projet culturel doit affirmer une volonté politique lisible, transparente et, autant que possible, partagée.

Alors pourquoi ne pas organiser des états généraux de la culture à Lyon entre LYON et ses acteurs culturels, les petits comme les grands, les associations de quartiers, le monde l’économie et les mécènes déjà repérés. Ils aideraient à la définition pour ce mandat d’une politique claire transparente et partagée
Lyon ville centre de la métropole doit donner de la modernité. Bref, elle doit trouver un modèle qualitatif entre les acteurs culturels et politiques.

Bien sûr,vous allez peut être me répondre : regardez le défilé, regardez le cinéma, les biennales la fête des lumières, le marché des soies mais tout ça est métropolitain et de la compétence de la métropole.
Mais demain il faut que les grandes structures développer leur interaction avec la vie des quartiers.
Et puis j’en finirai avec cette question lourde d’impact : Quel avenir pour les grands équipements culturels ?
La ville finance des équipements structurants (Opéra, musées)qui profitent majoritairement à des usagers grands lyonnais.

Et nous ne pouvons faire peser sur LYON intra-muros des charges de centralité aussi lourdes.
Les compétences de la Métropole au niveau social vont être énormes et vont venir s’ajouter aux compétences culturelles héritées du conseil général comme par exemple au hasard le fameux musée des Confluences ;
Et si la métropole doit sur ce point être facteur de changement il ne peut y avoir de politiques culturelles une, ici à Lyon, et une là-bas, à la métropole.

Donc comment pensez-vous l’organiser ?

Je vous fais une suggestion bien modeste vous savez les centristes sont ainsi.
Vous avez signé, il y a longtemps à côté d’autre villes en 2002 puis à Barcelone en 20O4, un agenda 21 de la culture. Et bien allons-y, mettons le ici en place !

L’agenda 21 c’est la confrontation et le travail entre l’économie qui vous est chère l’environnement et le social et bien ajoutons lui le quatrième pilier celui de la culture !

En conclusion quelle ouverture européenne et internationale voulez-vous ?

Je sais le festival lumières, les biennales oui mais ce sont des manifestations partagées largement par d’autres collectivités (Région, Etat) qui font partie de cette ouverture à l’international.
Mais comment comptez vous mobilisez les financements européens du programme« Europe Créative » est doté d’un budget de € 1,46 milliards d’euros pour les sept prochaines années (2014-2020) soit 9% de plus ! Ce programme est destiné à donner un nouvel élan aux secteurs culturels et créatifs, qui sont une source importante d’emplois et de croissance.

Bien sur j’espère que vous répondrez nos questions et qu’ici nous aurons un débat fondamental que vous nous associer pour le bien-être de lyonnais parce que la crise ne doit pas servir de prétexte au renoncement et qu’elle doit nous pousser à s’appuyer sur la culture comme élément du développement durable
Alors nous attendons des réponses un calendrier et que nos propositions : Etats généraux de la culture et Agenda 21 de la culture soient une réalité

Ici dans cette hémicycle les liaisons entre la métropole sont réelles nombre d’élus siègent aussi là-bas et ça devrait être le moment de partager notre ambition !

C’est ce que demande le groupe UDI, ici et là-bas.

Je vous remercie

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *