Convention avec COPARLY (*)

Ville de Lyon

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Lyon Démocrate – MoDem »

Monsieur le Maire, chers collègues,

Le groupe « Lyon Démocrate – MoDem » approuve l’attribution d’une subvention annuelle de 50 000€ à COPARLY. Cette association réalise un travail important et complet de surveillance de la qualité de l’air, indispensable dans une agglomération comme la nôtre.

Cependant ce travail remarquable n’est rien s’il n’est pas relayé par les pouvoirs publics et en particulier les collectivités locales. Le groupe « Lyon Démocrate – MoDem » considère qu’il y a 3 axes à développer : informer, agir et prévenir.

Informer

Très peu de Lyonnais étaient informés des pics de pollutions de janvier dernier. Il est de la responsabilité de la Ville de mettre en place un système performant d’information. Les moyens de communication sont aujourd’hui  suffisamment nombreux et en prise avec les citoyens pour qu’on les investisse : courrier électronique, SMS, mais aussi exploiter les écrans de nos autoradios (comme cela a été fait lors des fêtes des lumières en décembre 2008 dans le cadre d’un partenariat TCL-Lyon Première). Ce système efficace et performant d’information fait également défaut pour d’autres situations dramatiques : inondations, accidents industriels, … Nous souhaitons que la Ville mette en place rapidement un tel dispositif qui est peu coûteux.

Agir

Nous estimons qu’il est de la responsabilité des élus d’agir dans l’urgence lors des pics de pollution. Nous avions proposé en début d’année la gratuité des transports en commun quand le seuil maximal de pollution est atteint. Cette mesure aux conséquences financières relativement limitées permettrait à chacun de prendre conscience de l’urgence d’une réaction.

Par ailleurs, nous savons tous que les parcs relais sont souvent saturés. Aussi nous souhaitons que quand le seuil d’alerte est atteint des parcs relais supplémentaires soient ouverts. Le parking du Palais des Sports pourrait par exemple jouer ce rôle pour l’entrée sud de Lyon.  Nous souhaitons que la Ville mette rapidement en place un tel dispositif simple et efficace pour un coût très faible.

 

Prévenir

Depuis 20 à 30 ans, quelle que soit la couleur politique locale les investissements dans les transports en commun ont été importants.

Plus récemment Velo’V, pour les modes doux de déplacement, le projet de création d’une zone logistique au niveau du parking Cordelier sont très positifs.

La mise en place, à l’initiative de la Région Urbaine de Lyon, du portail d’information multimodal multitud (www.multitud.org) est également à souligner (horaires, itinéraires, tarifs, accessibilité, …).

Nous sommes favorables au développement de l’autopartage et souhaitons, comme l’a déjà exprimé Gilles Vesco, une accélération du projet autolib en privilégiant l’usage d’une flotte de véhicules électriques. Je me permets de rappeler que ce projet était partagé par l’ensemble des candidats lors des dernières élections.

Cependant notre organisation des transports en commun atteint ses limites. L’excès d’intervenants aboutit à une dilution des responsabilités et une lenteur dans les prises de décision. Nous souhaitons :

  • Pour plus de démocratie et d’efficacité, l’intégration du SYTRAL dans le Grand Lyon. Les décisions doivent être prises par les représentants directs des habitants de l’agglomération, non par des représentants élus au cours d’un cinquième tour de scrutin. Cela paraissait imminent fin 2008 mais aujourd’hui la situation semble figée.
  • La création d’un syndicat mixte à l’échelle de la RUL et rassemblant les multiples autorités organisatrices de transport urbain, les départements ainsi que la région Rhône-Alpes (compétente au niveau des TER). Dans le domaine des transports nous sommes convaincus que la bonne échelle est celle de la RUL. Seul l’existence de ce syndicat permettra une intermodalité réelle (TER, cars départementaux, transports urbains, véhicules personnels), permettra le renforcement des parcs relais, permettra la création de parking vélo en gare, permettra d’avancer rapidement sur les projets sans devoir à chaque fois créer des usines à gaz juridiques pour porter des projets aux partenaires multiples, permettra une information fine, fiable et en temps réel des voyageurs.

Les solutions existent, il est urgent que tous collectivement nous changions de braquet et dépassions les querelles de clocher afin que chacun respire mieux tous les jours, c’est la véritablement un enjeu de santé publique.

Je vous remercie

(*)Comité de Coordination pour la Contrôle de la pollution Atmosphérique dans la Région Lyonnaise

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité