Commission générale sur le Pôle Métropolitain

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe «Centristes & Démocrates pour Lyon»

Monsieur le Maire, chers collègues,

Vous connaissez notre attachement à la recherche de synergies, aussi nous soutenons sans réserve l’objectif d’une coopération renforcée avec les autres intercommunalités constituant le bassin de vie Lyonnais.

En préambule je souhaite souligner que le Grand Lyon a été pionnier dans cette coopération puisque dès 1989 il a crée avec ses partenaire de l’aire urbaine Lyonnaise la RUL : Région Urbaine de Lyon. La RUL est une structure d’échange et de coopération au niveau du bassin de vie Lyonnais. En somme le pôle métropolitain va faire sensiblement la même chose, mais sur une périmètre géographique plus restreint !

Comme vous le comprenez nous sommes très réservé sur la forme que vous avez décidé d’utiliser.

  • En effet à l’heure où nous souhaitons simplifier le milles feuilles Français, vous souhaitez en rajouter une couche !
  • A l’heure où nous souhaitons rapprocher élus et citoyens vous les séparez encore un peu puisque le conseil du pôle métropolitain sera constitué d’élus de 3ème niveau. Reléguant ainsi aux oubliettes le débat démocratique et donc la légitimité des décisions.
  • A l’heure où nos concitoyens veulent un discours de vérité pouvez-vous nous expliquer en quoi le pôle changera votre attitude. Pourquoi n’avez-vous pas mis en place une telle concertation lors de l’appel à candidature ‘Capitale européenne de la culture’ plutôt que de laisser 2 dossiers concurrents s’autodétruire ? Pourquoi n’avoir pas mis en place une telle concertation lors de l’adoption du Schéma de Développement Universitaire il y a quelques mois alors même que le PRES Université de Lyon a déjà, depuis de nombreuses années, intégré la notion de métropole Lyonnaise puisqu’il rassemble les établissements d’enseignement supérieur Lyonnais et Stéphanois ?
  • Vous souhaitez que le Pôle s’implique dans les déplacements. C’est une bonne idée, mais là aussi la méthode n’est pas efficace. En effet, à cette échelle le rôle de la Région est capital, or légalement elle ne peut pas être membre d’un pôle métropolitain. Pas de problème, vous avez trouvé la solution … vous nous proposez la création d’une couche supplémentaire : un syndicat mixte des transports. L’articulation est tellement compliquée que les services, aidés en cela probablement d’un cabinet conseil extérieur, proposent je cite :

Le pôle métropolitain est « l’autorité politique d’impulsion » et le syndicat mixte « l’autorité politique d’articulation ». J’avoue ne pas très bien comprendre l’articulation entre les deux, je ne sais pas comment le citoyen qui a besoin des transports en commun au quotidien pour travailler, étudier bref pour se déplacer va percevoir cette subtilité !

Pour compléter le coté schizophrène, nous ne retrouverons probablement pas les mêmes membres au niveau du pôle et du syndicat. J’en conclus effectivement qu’il y aura besoin de nombreuses réunions pour avancer !

Enfin, dernier point mais ce n’est pas le moindre, les élus du conseil syndical seront pour les Lyonnais des élus de 4ème voire 5ème niveau (désignés par les élus du SYTRAL, eux même désignés par les élus du Grand Lyon, eux même désignés par les élus municipaux, sachant que les Lyonnais élisent les conseillers d’arrondissement). Avouez que la notion de débat démocratique et de lisibilité est totalement absente de votre projet. Un progrès pourrait être de réintégrer le SYTRAL dans le Grand Lyon sous forme d’une vice-présidence. Cette nouvelle organisation aurait le mérite de replacer les décisions concernant les déplacements des Grand Lyonnais dans une enceinte démocratique.

Il est parfois intéressant de regarder ce que font les autres. Je me permets de vous inviter a prendre exemple sur ce qu’a mis en place votre leader du parti socialiste : Martine Aubry à Lille. A Lille il existait un syndicat des transports urbains, assez proche dans son organisation du SYTRAL. Depuis le 1er janvier 2010, la communauté urbaine de Lille a repris la compétence transport et a réintégré le syndicat au sein de la métropole. En parallèle la région Nord-Pas de Calais, avec les départements du Nord et du Pas de Calais et une dizaine d’intercommunalités a créé un syndicat mixte intermodal des transports, mieux structuré donc que notre projet REAL. Ceci nous paraît plus efficace, plus respectueux de la démocratie et plus lisible pour le citoyen.

Ces défauts importants seraient malgré tout acceptables si vous aviez tracé une perspective à moyen terme, concrète, de la coopération inter-collectivités locales. Mais il n’en est rien, vous nous proposez le Pôle Métropolitain et pour la suite c’est le trou noir !

Monsieur le Maire, les élus du groupe « Centristes et Démocrates pour Lyon » ne sont pas du tout convaincus par ce projet. Nous aurions préféré que nous réfléchissions à la transformation du Grand Lyon en une métropole Lyonnaise au sens de la réforme territoriale de 2010 et telle que l’avait imaginé la commission Balladur. Je me permets de vous rappeler que la notion de métropole avait fait le consensus de l’ensemble des membres de cette commission transpartisane. Pierre Mauroy, qui connaît bien les enjeux des métropoles européennes puisqu’il a longtemps présidé Lille Métropole, était un des éminents membres de cette commission. La « métropole » bénéficie de transferts de compétences de la part du département et de la région – notamment les transports – et l’État peut lui confier des grands équipements et infrastructures. Peut-être vous sentez vous menacé par l’élection directe des conseillers communautaires dans cette nouvelle structure ? C’est pourtant la principale avancée démocratique de cette réforme !

Ces couches et surcouches ont un coût, que vous estimez à environ 1 million d’euros par an. Cette somme ne correspond qu’aux coûts de fonctionnement : siège du pôle, fonctionnaires du pôle, déplacement, secrétariat, réunions … Etant optimiste de nature, je souhaite que le pôle conduise également des actions il faudra donc rajouter un budget opérationnel.

En conclusion, nous avons véritablement l’impression que vous souhaitez la mise en place de ce pôle pour 2 raisons. En premier lieu parce que c’est vous qui avez fait inclure cette possibilité dans la loi et que vous vous sentez maintenant obligé de la mettre en œuvre et en deuxième lieu pour avoir à votre service un outil supplémentaire de communication.

Je vous remercie,

Intervention reprise par Le Progrès dans son édition du mardi 8 novembre, par Tribune de Lyon dans son édition du jeudi 10 novembre ainsi que par LyonCapitale-LyonTV (cf interview de Christophe Geourjon du 14 novembre). Intervention reprise par Le Progrès dans son édition du vendredi 18 novembre.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *