Restructuration du pôle d’échange multimodal de Perrache

logo-grand-lyonIntervention de Marc Augoyard au nom du groupe « Centristes et Démocrates pour le Grand Lyon – UDI »

Monsieur le président, mes chers collègues,

Voilà un point sur lequel nous serons tous d’accord : il faut faire sauter le verrou de Perrache et permettre une meilleure fluidité entre la place Carnot et le cours Charlemagne. Peut-être que ma génération verra un espace vivable, privé d’autoroute, véritable cœur de ville en lieu et place de ce centre d’échanges. Je l’espère vivement en tous cas.

En attendant, les esquisses proposées, les intentions du projet, sont intéressantes. Cela devrait être un bel espace, peut-être une belle liaison.

Et je tiens à vous féliciter Monsieur le président. Vous avez le don de la pédagogie, l’art de répéter. L’art de représenter ce qui l’a déjà été lors d’une conférence de presse en juillet. L’art de reparler de ce que vous aviez déjà évoqué à de maintes reprises… C’est de bonne guerre, les élections approchent. Je ne doute pas que nous aurons dans les mois à venir de magnifiques esquisses des projets qui ont traîné dans notre agglomération.

Plus concrètement, avec la restructuration du pôle d’échange multimodal, on va aussi pouvoir prolonger T2 jusqu’au cours Charlemagne. Le problème est que l’on ne va pas au-delà de la première station après la gare ! Pourquoi ? je vous cite : « Parce que cela créerait un problème avec les feux de circulation… »
Vous nous construisez pas un nouveau quartier, un quartier de rayonnement, la nouvelle image de la Ville de Lyon et du Grand Lyon, un quartier que vous proclamez « marchable », ami des « modes doux », ennemi de la voiture, mais pas préparée à accueillir un métro, ni même une plus haute fréquence de trams.

La logique serait au contraire de prolonger le T2 jusqu’à Debourg, comme le T1. Nous renouvelons là notre proposition pour la énième fois ! Tant pis pour les feux, c’est de toute façon déjà embouteillé…

C’est bien par l’aspect concret que l’on change les choses Monsieur le président. Vous nous vendez les esquisses de grands projets qui ne verrons pas le jour avant de nombreuses années, mais vous oubliez que le grand projet qui doit nous animer c’est d’améliorer la vie quotidienne de nos concitoyens. Le grand projet qu’attendent nos concitoyens qui ont pris la ligne D ce matin, la ligne C3, la ligne A, ou un autre axe majeur de notre réseau, c’est de ne plus être entassés dans des wagons bondés ou dans des bus à la régularité aléatoire. Mais pour cela aussi, vous avez certainement des esquisses pour un avenir lointain, alors que le problème est ancien, persistant et quotidien.

Je vous remercie

leprogresIntervention reprise par Le Progrès dans son édition du mardi 19 novembre 2013.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *