Relever le défi du papy boom

ville-de-lyon

Intervention de Bernadette Bertrix-Veza au nom du groupe «Lyon Démocrate – MoDem» dans le cadre de la Commission générale « Personnes agées »

Aujourd’hui, 35 000 Lyonnais ont plus de 75 ans et ce chiffre est amené à augmenter dans les prochaines années. Les problématiques dues à ce vieillissement sont de plus en plus évidentes et il est important d’agir dès maintenant en fonction d’une démographie parfaitement prévisible.

La ville annonce un plan de 18M€ pour la rénovation de résidences pour personnes âgées suivi d’un plan de 15M€ pour la construction de nouveaux EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). Cet effort d’investissement va dans le bon sens étant donné que les demandes sont bien supérieures aux places disponibles.
Cependant, ce constat doit être nuancé car il existe aujourd’hui un potentiel de logements pour personnes âgées mal géré : la Ville de Lyon compte 23 foyers-logement dont 5 vont être transformés en EHPAD. Beaucoup d’entre eux restent inoccupés car ils ne sont pas adaptés aux besoins et ne répondent plus aux normes de sécurité. C’est sous la mandature de Louis Pradel qu’ont été créés ces petits appartements à bas prix afin d’accueillir des femmes seules. Ils furent plus tard transformés pour accueillir des personnes âgées autonomes ou semi-autonomes aux revenus limités.

Les personnes âgées souhaitent avant tout un logement qui soit adapté à leurs moyens financiers. La demande porte notamment sur des logements de petite taille accessibles et fonctionnels permettant de rompre l’isolement et de se sentir en sécurité. Ces foyers-logements seraient ainsi l’étape intermédiaire entre la vie en logement classique (appartement HLM) et des solutions d’hébergement médicalisé destinées aux personnes dépendantes. Les personnes âgées ont aussi un attachement très fort à leur commune, à leur quartier, et ces foyers-logement à prix modéré doivent leur permettent d’y rester. Sans ça, ils préfèreront rester à leur domicile dans des conditions de vie de plus en plus difficiles que de s’expatrier dans un quartier lointain.

Autre point, la construction de nouveaux EHPAD ne doit pas se faire sans un meilleur suivi et une meilleure orientation des personnes âgées lorsqu’elles deviennent moins autonomes, car peu d’entre elles connaissent leurs droits et les institutions à contacter. Les demandes d’accès à ces logements se transforment parfois en véritable parcours du combattant, tout comme l’accès aux services qui leur sont dédiés.

La Ville de Lyon entend également proposer aux seniors par le biais du CCAS des « services de petits dépannages à domicile ». Cependant, ce projet va a l’encontre des recommandations faites par la Direction générale de l’emploi et de la formation professionnelle du 1er décembre 2008 et remise aux préfets qui préconise que les services agréés d’aide à domicile auprès des personnes âgées ou handicapées puissent « accéder au marché dans des conditions non discriminatoires » et que ces activités « sont soumises au droit de la concurrence. ». Dans de telles conditions, il serait préférable que la ville concentre ses efforts sur l’aide aux associations et aux professionnels plutôt que de risquer de se mettre en situation de concurrence déloyale.

Enfin, il serait intéressant de renforcer la fréquentation des animations socio culturelles proposées par le CCAS de la Ville de Lyon par la mise en place d’un système de navette municipale ou la gratuité des transports en commun. Cela permettrait aux personnes âgées de se déplacer plus facilement et de donner ainsi le signe d’une réelle volonté que chaque habitant, quelque soit son âge, trouve sa place au sein de la cité.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *