Rapport de la Chambre régionale des Comptes sur la gestion d’EUREXPO

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Centristes & Démocrates pour Lyon »

Monsieur le Maire, chers collègues,

Ces deux rapports de la Chambre Régionale des Comptes sont emblématiques à plus d’un titre.

  • Emblématiques du dynamisme lyonnais – commençons par le positif. On peut voir tout l’attrait d’Eurexpo et la bonne rentabilité financière, malgré la crise économique. C’est aussi un exemple du travail en bonne intelligence des décideurs économiques lyonnais.
  • Emblématiques ensuite de votre philosophie de gestion Monsieur le Maire.

Oh, bien sûr, vous ne gérez pas Eurexpo, ni le COFIL, ni la SEPEL. Juste la ville de Lyon et le Grand Lyon, qui ont été sollicités pour participer au développement de cet outil. Et qui devraient donc exercer un contrôle vigilant.

Mais comme dans bien d’autres sujets, vous avez préféré ne pas regarder, ou ne rien voir, chacun aura sa préférence. Vous avez décidé de vendre en 2006 pour 22 millions d’euros la participation de la Ville de Lyon dans la SEPEL. À cette occasion vous avez donc vendu les bijoux de famille pour améliorer vos ratios financiers dans un objectif électoral. Vous avez d’ailleurs procédé de la même manière pour le quartier Grôlée, vendu contre des promesses de développement commercial jamais tenues.

Le statut juridique du COFIL est un serpent de mer dont personne ici ne voit la fin. Il était déjà envisagé en 2006 de transformer le COFIL en syndicat mixte ouvert : cela n’a pas été fait. L’imbrogglio juridique entraîne aujourd’hui la confusion des rôles et le risque élevé de détournement des fonds publics signalé par la Chambre régionale.

Ces rapports sont emblématiques de ces situations trop fréquentes où les intérêts se mêlent, dans des liaisons dangereuses. On le voit avec les travaux confiés à une entreprise appartenant à un administrateur. On le voit aussi avec la création de structures juridiques en cascade, d’actionnariat croisé, qui conduisent à ce que le premier organisateur d’événements à Eurexpo soit un actionnaire important de la structure qui gère le site.

Par ailleurs, le changement de statuts lié au changement d’actionnaire a entrainé une explosion des dividendes, au profit du partenaire privé. Pour faire écho au dernier rapport de ce conseil municipal permettez-moi d’évoquer un risque de conflits d’intérêt.

Que des entreprises lyonnaises réussissent, nous en sommes heureux et fiers. Mais quand cette réussite est due à l’exploitation d’infrastructures construites grâce aux impôts des lyonnais, alors il est de notre devoir d’élus, il est de votre devoir de maire, de s’intéresser à la gestion et au cadre juridique de ces structures.
La semaine dernière nous avons été très surpris, et même choqués, par la déclaration du PDG de GL Events qui proposait tout simplement de racheter et de contrôler intégralement Eurexpo. Nous ne pouvons croire que cette déclaration était le fruit du hasard, nous ne pouvons croire que vous n’ayez cautionné une telle déclaration.

Il nous paraît impensable et indécent qu’une entreprise reprenne à elle seule toute la structure et en devienne ainsi propriétaire. Eurexpo doit rester la propriété des Grands Lyonnais. S’il est logique et efficace d’en confier la gestion au secteur privé, un tel centre de conventions et d’expositions doit demeurer sous l’œil vigilant des collectivités.

L’accueil de conventions, de salons ou de congrès constitue un axe stratégique du développement de notre métropole, il ne peut donc être totalement délégué à une société privée. Même si la réussite de ces manifestations suppose aujourd’hui un grand professionnalisme, cela reste un service public rendu à l’économie régionale, qui n’a pas vocation à faire sur le dos des entreprises exposantes des bénéfices exorbitants.

Nous rappelons que les collectivités publiques, et donc les habitants par leurs impôts, ont largement contribué à la construction de cet outil indispensable du rayonnement de l’agglomération. Ainsi, les bénéfices et dividendes dégagés par les sociétés SEPEL et SEPELCOM (dont il est peu question dans les rapports) doivent-ils être recadrés, et aller à l’amélioration du service rendu aux entreprises utilisatrices, en finançant les investissements nécessaires et en améliorant le rapport qualité/prix des prestations fournies à l’économie.

Bien au contraire, on assiste au fil des restructurations successives du capital social à une privatisation accrue des bénéfices au détriment des usagers d’Eurexpo.

Je ne cherche pas aujourd’hui à entretenir une suspicion. Je dis juste, comme le relève la Chambre Régionale des Comptes, que comme d’habitude vous n’exercez pas les pouvoirs qui sont les vôtres en matière de contrôle. Que vous soyez un bon communicant, pour notre ville et notre agglomération, chacun peut en convenir. C’est bien. C’est utile. Mais c’est insuffisant. Lyon a aussi besoin d’un Maire qui exerce pleinement son rôle de contrôle, un Maire qui recadre et normalise nos relations avec nos partenaires.

Je vous remercie,

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *