Demande de subvention d’investissement auprès du Fonds Régional d’acquisitions des bibliothèques

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Centristes & Démocrates pour Lyon – UDI »

Monsieur le Maire, chers collègues,

Nous approuvons bien évidemment cette demande de subvention et tenons à souligner à l’occasion de ce rapport le dynamisme et la qualité du travail de l’ensemble de l’équipe de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Elle travaille au quotidien pour faire partager notre patrimoine littéraire et pour enrichir le fond de notre bibliothèque. C’est là un vrai travail d’intérêt général et patrimonial.

Je voudrais profiter de ce rapport pour revenir sur la numérisation par Google d’une partie du fond ancien de notre bibliothèque. Avec un peu de retard les premiers ouvrages commencent à être accessibles sur Google books et aussi pour partie sur le site numelyo.bm-lyon.fr.

En juillet 2008 nous nous étions inquiétés de certaines des clauses du contrat confidentiel liant Google et la Ville de Lyon au nom de sa bibliothèque. Nos inquiétudes portaient essentiellement sur la durée de l’exclusivité (10 et 25 ans) ainsi que sur les limitations imposées par Google à la Ville de Lyon dans l’exploitation des fichiers numériques.

Aujourd’hui nous ne pouvons que constater que nous avions raison. En effet si il est vrai que finalement une copie de ces fichier est disponible sur le site internet de la bibliothèque, ces fichiers sont appauvris par rapport aux originaux sur Google books :

➢    le monde entier ne pourra donc accéder à toute recherche en plein texte qu’à l’issue de la période d’exclusivité commerciale
➢    Les ouvrages sur Google books bénéficient d’un accès direct par chapitre avec des liens hypertexte pas au niveau du site municipal puisque ce sont seulement des images.
➢    Au niveau de l’ouvrage numérisé sur Google books il n’est pas fait mention de la bibliothèque d’origine
➢    Lyon doit empêcher tout autre moteur de recherche autre que Google d’indexer sa collection numérisée.

À ce niveau Google privilégie Google books, la disponibilité d’un ouvrage sur le site de la bibliothèque municipale est ainsi presque cachée dans le bruit de fond du moteur de recherche. Concrètement prenons un exemple : Louis XIV étant semble t il à la mode j’ai recherché une ordonnance de 1667 (recherche de « Ordonnance de Louis XIV donnée à Saint Germain en Laye au mois d’Avril 1667 »). Cet ouvrage est présent avec le même titre dans les 2 sites.

Le résultat de la recherche est assez démonstratif : en 1ère page plusieurs liens vers Google Books, en pages 3 et 4 des liens vers les bibliothèques numériques Française et Européennes et seulement en page 9 un lien vers le site de la bibliothèque municipale.

Pour conclure, je vous conseille un livre écrit par Jean Tardif « Les enjeux de la mondialisation culturelle », qui aborde en détail cette question de Google Books. Car de tous les aspects de la mondialisation, la culture et sa maîtrise sont des concepts chers aux américains, et qu’il faut avoir en tête pour comprendre la démarche de Google : la culture est aujourd’hui un vecteur de puissance. Ceci explique en partie la volonté d’hégémonie de Google sur le contenu.

« Le numérique est une véritable culture opérant un déplacement important et qui forme de nouveaux regards, informe de nouveaux choix, introduit de nouveaux critères et de nouveaux repères. Au coeur de ce grand bouleversement, les contenus représentent un enjeu critique dans cette bataille planétaire dont le caractère culturel comme la portée stratégique deviennent évidents ».

Monsieur le Maire, nous devons nous ouvrir, travailler avec ceux qui disposent des technologies, soutenir les collaborations privé-public, mais n’oublions pas de garder la maîtrise de notre patrimoine culturel.

Je vous remercie.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *