Commerces de proximité

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Centristes & Démocrates pour Lyon »

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Permettez moi de faire une intervention commune pour ces 3 dossiers concernant le commerce de proximité, même si notre vote sera lui différent.

Deux dossiers visent à soutenir l’animation commerciale, l’un concernant une subvention à Lyon côté Croix Rousse pour le FISAC du 4e arrondissement, et l’autre une adhésion à l’association de management de Centre ville Lyon 7e Rive Gauche. Cette méthode est emblématique de ce que nous devons faire, en tant que collectivité, pour soutenir le dynamisme commercial de nos quartiers.
Soutenir le commerce de proximité c’est maintenir une vie dans nos rues, maintenir une certaine cohésion entre les habitants c’est développer le vivre-ensemble.

Pourtant, trop souvent, la fermeture d’un commerce de bouche laisse place à des services de type banques ou assurances. Si ces lieux sont nécessaires, ils ne constituent cependant pas l’armature d’une vie de quartier. Il convient donc d’utiliser tous les moyens en votre possession, notamment par les règles d’urbanisme commercial, en lien avec le Grand Lyon, pour introduire plus de diversité commerciale.

La lutte contre la spécialisation commerciale doit être une priorité. Ainsi, le Vieux-Lyon ne peut se résumer aux boutiques de souvenirs et aux bouchons. C’est aussi un quartier de vie, avec ses habitants, qui sont en droit de pouvoir trouver les services de la vie quotidienne au plus près de chez eux.

Il nous faut penser aussi la densification commerciale de nos arrondissements, pour enfin créer différentes centralités dans la ville, et ainsi limiter les déplacements.

Dans les quartiers à dynamiser, nous pourrions mettre le quartier Grolée. Sans polémiquer, il est temps de mettre fin aux chimères d’un quartier de luxe, issues d’une erreur de diagnostic sur les capacités du quartier. Une politique de développement du commerce, doit nécessairement s’appuyer sur les associations et collectifs de commerçants, sur les acteurs locaux. Si, au lieu de confier le développement du quartier Grolée à un fonds d’investissement nous avions mis en œuvre ce principe nous aurions aujourd’hui, au cœur de Lyon un quartier vivant et attractif au lieu de rez-de-chaussée fantômes. D’ailleurs, l’offre nouvelle dans l’Hôtel-Dieu devrait clore le chapitre du luxe à Grolée : proposons autre chose !
Dans ce cadre le 3ème dossier qui concerne le déclassement de la Halle de la Martinière nous inquiète, Monsieur le Maire ne recommencez pas les mêmes erreurs ! La solution de facilitée serait l’implantation d’une grande surface.
Quelles sont aujourd’hui vos intentions après le déclassement du bâtiment, et que répondez-vous aux habitants du quartier désireux d’obtenir un équipement commercial à leur service ? Habitants qui se sont mobilisés dans l’association Halle Mat’. Notre société exprime un besoin de retour au local, à la proximité, le développement de commerces en ville peut aussi nous permettre de développer les circuits courts de production et de distribution.

Dans ce contexte la déclaration d’intention de la plateforme « Saveur du Coin » (www.saveursducoin.fr) nous paraît très intéressante et doit être étudié prioritairement. Pour mémoire « Saveur du Coin » regroupe une soixantaine de producteurs qui vivent dans un rayon de 80 kms.  Les producteurs venant livrer tous les jours leurs produits frais (légumes, fruits, viande, produits laitiers).

En conclusion nous voterons favorablement les rapports liés au FISAC ainsi qu’au manager de centre ville par contre, dans l’attente d’une vision plus précise du devenir de la Halle de la Martinière nous nous abstiendrons sur le rapport concernant son déclassement.

Je vous remercie.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité