Jeux de Lyon 2010

Intervention du groupe « Lyon Démocrate – MoDem »

 

Monsieur le Maire, chers collègues ,

Notre groupe se félicite que suite à nos interventions la Ville de Lyon ait finalement revue sa stratégie de partenariat dans le cadre des jeux de Lyon et que le lieu de la plaine des jeux de Gerland soit définitivement validé pour cette manifestation.

Par ailleurs, je souhaite revenir quelques instant sur les dysfonctionnements des inscriptions à Divertisport, dispositif proposant des accueils de loisirs sportifs pour les enfants de 6 à 16 ans pendant les vacances scolaires.

Une première ouverture en ligne des inscriptions a été organiséele 2 juin dernier, mais a dû être clôturée quelques minutes plus tard à la suite de la saturation du site. Une deuxième session a ensuite eu lieu au palais des sports le samedi 5 juin 2010. En pratique, cela a ressemblé à une véritable foire d’empoigne ! Certains parents n’ont pas hésité à faire la queue et à camper dans la nuit afin d’augmenter leur chance d’inscrire leurs enfants !

Laissez-moi vous décrire, Monsieur le Maire et mes chers collègues, la manière dont les choses se sont déroulées : dès minuit, les premiers parents se sont présentés devant le palais des sports et ont commencé à inscrire sur le dos de leur main un numéro par ordre d’arrivée. Vers 3 heures du matin, un agent de la Ville de Lyon est arrivé avec les tickets et les a distribué aux parents selon le numéro inscrit sur leur main. Les autres parents non informés de ce genre de pratiques et qui sont arrivés sur les lieux vers 7 heures du matin, se sont retrouvés en 300ème position, sans pouvoir hélas inscrire leurs enfants, les places notamment à certaines dates, les plus demandées, n’étant plus disponibles,.

Dès le samedi matin, de nombreux parents m’ont alertée sur ces dysfonctionnements et les graves injustices induites.

Nous avons alors immédiatement réagi afin d’alerter les élus en charge du dispositif et réclamer des places supplémentaires. En réponse, Monsieur BRAILLARD, a fait preuve d’une autosatisfaction étonnante en considérant « de n’être que coupable de bien faire les choses » (Le Progrès 8/06/2010) !

Est-ce bien faire les choses que de distribuer des tickets dans la nuit en catimini dès 3 heures du matin alors que les inscriptions n’étaient officiellement ouvertes qu’à partir de 8 heures ? Est-ce bien faire les choses que de contraindre les parents à camper devant le centre dès minuit ? Pensez-vous que, dans les familles monoparentales, le parent en charge des enfants puisse laisser ces derniers sans surveillance la nuit, seule possibilité de pouvoir inscrire ses enfants aux dates souhaitées ? Est-ce bien faire les choses que de ne pas limiter le nombre de procurations ?

Aujourd’hui, il n’est pas juste, par exemple, que trois enfants parisiens, accueillis chez leurs grands-parents pendant les vacances, aient pu bénéficier de 5 semaines chacun, soit 15 semaines au total, mais que parallèlement les enfants d’une mère lyonnaise élevant seuls ces derniers n’ait pas réussi à les inscrire alors qu’elle travaille. Il est également dommage que certaines familles réservent des semaines complètes alors que les enfants ne profitent de Divertisport que deux jours par semaine, ce que favorise le faible coût du dispositif d’un montant maximum de 25 euros par semaine et qui pourrait être majoré pour les quotients les plus élevés

Pour rétablir l’équité et éviter le gâchis, il pourrait être intéressant de permettre une inscription non pas seulement à la semaine, mais également à la journée et d’organiser un mécanisme d’inscription prioritaire pour les enfants les plus en détresse, quelques jours avant l’ouverture à tous.

Nous nous étonnons que les tarifs soient les mêmes quelque soit le lieu de résidence. Si les lyonnais sont généreux et accueillants, cela ne doit pas être au détriment de nos enfants d’autant qu’une vérification auprès des communes limitrophes, qu’elles soient de gauche ou de droite, montrent que non seulement le tarif d’accueil des enfants non résidents est systématiquement majoré, mais que très souvent les dispositifs similaires sont limités aux seuls enfants de la commune.

Aujourd’hui, de nombreuses familles n’ont pas réussi à obtenir une place pour leurs enfants, ce qui est dramatique pour ceux qui ne bénéficient pas de l’accès aux loisirs ni de la possibilité de partir en vacances. C’est justement à ces derniers que Divertisport doit s’adresser en priorité

J’espère donc, Monsieur l’adjoint aux sports puisque cela relève de votre responsabilité et non de celle du maire, que vous veillerez à ce que l’accès au dispositif puisse se faire en 2011 dans des conditions justes et équitables et que pour cette année vous dégagerez des places pour les familles en détresse victimes des disfonctionnements du système.

Je vous remercie

Intervention reprise par Le Progrès dans son édition du mardi 29 juin.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité