Équipements de proximités : rattraper notre retard pour rester attractif et améliorer la qualité de vie

Monsieur le Maire,

Votre majorité dans le 7ème arrondissement défend l’idée que construire des écoles provisoires c’est faire preuve d’anticipation. L’ensemble des élus du groupe « les Indépendants » pense aux contraires qu’une prospective intelligente sur les équipements publics qu’ils soient éducatifs, sportifs ou culturels ne mène pas à ce type de construction. Afin de combler ce manque, vous nous demandez une nouvelle fois d’adopter, aujourd’hui, le lancement d’un groupe scolaire provisoire à l’intérieur même du Parc Blandan comprenant 5 classes maternelles, 6 classes élémentaires et un restaurant scolaire, l’ensemble occupera la majorité de la place d’arme du Parc Blandan. Nous subissons de plein fouet votre manque d’anticipation à moyen et à long terme. Pourtant, les ZAC et les PUP (ZAC du Bon Lait, des Girondins ; PUP Duvivier Cronstadt, Ginkgo) se succédant sur le territoire du 7e, les permis de construire signés par le Maire s’enchainent, il était donc prévisible que les besoins en école allaient augmenter.

Dans ce contexte, l’annonce de votre prédécesseur, Monsieur le Maire, d’augmenter de 25 millions d’euros les investissements sur les écoles ainsi qu’un plan d’investissement supplémentaire dans le domaine des espaces verts d’ici la fin du mandat va dans le bon sens. Cependant, la Ville de Lyon doit généraliser le processus aux autres domaines qui connaissent un déficit chronique d’équipement qui répondent aux besoins de la vie quotidienne de ses habitants : éducation, sport, culture, cadre de vie. Or, sur tous ces points notre Ville présente un déficit chronique. Prenons l’exemple des équipements sportifs. Nous avons à Lyon, un peu plus de 900 équipements sportifs soit une moyenne de 1,9 équipements pour 1000 habitants. La moyenne nationale constatée pour les Villes de la même strate que là notre, est de 2,6 équipements pour 1000 habitants. Cela représente un déficit pour les Lyonnais de 300 équipements sportifs. Autre exemple sportif au niveau des piscines où Lyon ne compte qu’une piscine pour 60 000 habitants alors que la moyenne nationale est d’1 piscine pour 30 000 habitants. Nous pouvons dresser le même constat pour les lieux culturels ou associatifs, les salles des fêtes et l’accueil de la petite enfance. Le 7ème arrondissement qui compte plus de 80 000 habitants ne peut leur proposer qu’une seule salle des fêtes. Les associations du 7ème ne trouvent pas de salles pour leurs évènements.
La Ville de Lyon doit réorienter ses investissements vers la proximité et le cadre de vie afin de rattraper ce retard. Pour cela, il convient de réfléchir ensemble aux équipements, sportifs, culturels et associatifs, qui ont une vocation métropolitaine et ceux qui relèvent de la proximité. Car oui, la Ville doit être le niveau de la proximité, de l’épanouissement personnel. Les autres dossiers doivent être du ressort de la Métropole.

La qualité des équipements publics, leur nombre, leurs créneaux d’ouvertures, leurs diversités sont indispensables pour le développement personnel de chacun d’entre nous. Demain l’existence ou pas de ces équipements et leur qualité seront des critères essentiels pour l’attractivité de notre territoire aussi bien sur un plan économique que démographique. De plus, avec le développement des nouvelles technologies et l’amplification du télétravail la question du cout/avantage de venir vivre à Lyon va se poser de manière encore plus concrète dans les prochaines années. Si demain, le seul avantage de vivre en Ville, c’est le coût de l’immobilier, le manque d’équipements publics de proximité, la canicule et la pollution, je peux vous annoncez tout de suite un exode urbaine massif. Nous ne voulons pas que Lyon subisse le même destin que Paris actuellement, avec une perte de plusieurs milliers d’écoliers sur l’ensemble de la Ville de Paris à chaque rentrée scolaire depuis 2015 (- 2925 élèves entre les rentrées scolaires 2016 et 2017). Cela serait dramatique pour Lyon aussi bien économiquement que socialement.

Monsieur le Maire, nous vous le demandons depuis plusieurs années, mais aujourd’hui il y a urgence : la priorité de la Ville de Lyon doit devenir les équipements et les services de proximités.

Je vous remercie,

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *