Vote du Compte Administratif 2012 de la Ville de Lyon

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Centristes & Démocrates pour Lyon – UDI »

Monsieur le Maire, chers collègues

Quelques remarques sur ce compte administratif 2012, qui est le dernier de cette mandature. C’est donc l’occasion de faire le bilan de la gestion financière de la ville au cours de votre règne de 12 ans.

Oui, Monsieur l’adjoint aux finances, les équilibres financiers sont globalement bons. Est ce la le miracle Lyonnais? Non, à mon sens c’est l’illustration du mirage Lyonnais !

Cette situation est d’abord le fait d’une augmentation vertigineuse de la pression fiscale que vous faites supporter aux Lyonnais. Ainsi entre 2001 et 2012 nous avons subi une augmentation de 50% de nos impôts municipaux ! En 2001 le montant de l’impôt direct levé par la Ville de Lyon était de 201,6 M€, en 2012 il était de 300,3 M€. Concrètement, et en tenant compte de l’évolution de la population, un Lyonnais versait en moyenne 444 € d’impôts à la Ville de Lyon en 2001 à comparer au 622 € qu’il doit payer aujourd’hui. Cette hausse n’est pas un mirage, elle est bien concrète !

Vous nous présentez toujours une comparaison avantageuse des taux d’imposition, mais ce qui compte, c’est ce qui est finalement payé par chaque habitant. A cause de votre gestion et de vos choix, les Lyonnais ont ainsi le privilège d’être parmi les habitants d’une commune appartenant à une communauté urbaine les plus taxés de France (3ème sur 16 vis à vis de la Taxe d’habitation, et 4ème vis à vis de la taxe foncière, données issues du site internet de Bercy à partir des comptes administratifs 2011 : http://www.collectivites-locales.gouv.fr/). Faire de la politique c’est être honnête, y compris intellectuellement, et donc accepter de reconnaitre les faits

Avec cette fiscalité élevée, avoir de bons équilibres financiers, ce n’est pas une prouesse, c’est normal.

Dans le même temps vous transférez à d’autres des dépenses qui devraient être dans notre budget. Des transferts vers le privé en perdant le contrôle de ces opérations. Un exemple qui concerne le patrimoine de chaque Lyonnais : l’Hôtel-Dieu. Au départ, vous promettiez que le projet Hôtel Dieu confié à des entreprises privées serait d’intérêt général et ne couterait rien aux Lyonnais. Alors que les travaux n’ont pas encore commencé nous avons déjà appris que le projet accueillerait finalement des logements très haut gamme, disons le : des logements de luxe. En parallèle vous avez obtenu une aide de 20M€ du ministère de la culture. Monsieur le Maire l’argent de l’État c’est aussi les impôts des Lyonnais !

Vous sollicitez également le Grand Lyon en marge de ses compétences : festival Lumière, biennale de la danse, participation financière très importante au niveau du Parc Blandan … Mais Monsieur le Maire, l’argent du Grand Lyon c’est aussi les impôts des Lyonnais!
Ceci explique pour partie, le niveau des investissements, et en particulier celui des dépenses d’équipement, anormalement bas depuis le début de ce mandat : il représente à peine les 2/3 de la moyenne des villes de la strate (201 € pour la Ville de Lyon au lieu d’une moyenne de 304 € pour les autres communes, source site internet de Bercy. C’est ainsi que l’on améliore les ratios d’endettement de la ville, au détriment de son équipement !

Avec ces transferts de charge, avoir de bons équilibres financiers, ce n’est pas une prouesse, c’est normal.

Revenons sur le poste dépense de ce compte administratif. Que constatons-nous?
Une dérive des charges à caractère général : 4,4% d’augmentation soit plus de 2 fois l’inflation en 2012!
Au niveau des associations, aucune maitrise des dépenses (+6%) malgré l’affichage d’une politique de conventionnement ! Je m’étonne aussi que les sommes inscrites au compte administratif de la Ville de Lyon ne correspondent pas toujours à celles qui apparaissent dans les comptes d’exploitation de certaines de ces associations. Le différentiel est parfois très important, parfois plusieurs dizaines de milliers d’euros !

Monsieur le Maire, à la lecture de ce compte administratif, je formulerai un regret : votre manque de courage réformateur pour la ville de Lyon.

En effet sans un changement en profondeur de notre organisation, sans une optimisation de nos ressources y compris ressources humaines nous ne pourrons pas demain offrir aux Lyonnais pour un coût raisonnable une meilleure qualité de service, une meilleure qualité de vie. Ainsi dans les prochains mois nous aurons besoin de trouver des moyens supplémentaires pour mettre en place avec ambition la réforme des rythmes scolaires.

Oui Monsieur le Maire, au delà de nos engagements partisans, il est possible de trouver un large soutien autour d’une nouvelle organisation territoriale. Vous même et Michel Mercier l’avez bien montré pour l’acte I de la création de la Métropole. Il convient d’aller maintenant beaucoup plus loin en traçant dans le cadre des élections Municipales et Métropolitaines de 2014 une vision à 10 ans de la gouvernance de nos territoires.

Nous devons profiter de la mise en place de la Métropole pour mutualiser ou fusionner certains services. Pour que ce qui peut être mieux géré dans la proximité le soit en transférant l’ensemble des dossiers de proximité aux Mairies d’arrondissement (propreté, petite enfance, sport, association, culture). Nous devons dans le même temps ouvrir le débat sur la gouvernance de cette même Métropole. Une Métropole c’est bien, mais ce que nous voulons à l’UDI c’est une Métropole plus efficace que le Grand Lyon, c’est une Métropole plus démocratique que le Grand Lyon. Il faut oser reconnaitre que la mise en place de la Métropole de Lyon va profondément impacter nos communes, cette évolution est nécessaire et souhaitable.

En conclusion, parce que nous refusons de donner quitus à une gestion qui de toute évidence repose sur des apparences habilement présentées plus que sur une réalité tangible, nous voterons contre ce compte administratif.

Je vous remercie.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *