Projet Part-Dieu

Intervention de Marc Augoyard au nom du groupe « Centristes et Démocrates pour le GrandLyon – UDI »

Monsieur le président, mes chers collègues,

Quand on parle de la Part-Dieu, on évoque finalement un projet fil rouge, qui accompagne plusieurs générations d’élus. Même lorsque ma génération passera le flambeau à la suivante, ce quartier restera inachevé. Il y aura toujours quelque chose à renouveler, de nouvelles idées à trouver. Un espace public à retrouver.

Ce soir, vous nous proposez de lancer une discussion sur un point particulier : la construction d’un espace public sur le toit du centre commercial. Idée originale, idée intéressante sans doute. Mais elle n’a rien de neuf : il y a déjà le jardin suspendu du centre d’échange de Perrache. Tirons donc les enseignements de cet exemple… afin que le projet soit une vraie reconquête et non un énième trompe-l’œil de verdure, dans lequel plus personne n’a envie ou n’ose aller.

Je voudrais profiter de cette délibération pour vous demander où nous en sommes sur la skyline ? Nous sommes entre 2 MIPIM, mais peut-être pourriez-vous nous faire un point d’étape ?

En septembre dernier, lorsque je constatais qu’il manque encore à Lyon des tours dessinées par de grands architectes de renommée internationale comme Jean Nouvel, Zaha Hadid, Sir Foster… – et je persiste – vous nous annonciez la venue d’un grand architecte pour un projet à la Part-Dieu. Je vous cite : « Je vous en livrerai la primeur. J’espère qu’il ne sera pas trop petit à vos yeux ! Il a fait quelques-uns des grands projets parisiens, donc j’espère qu’il pourra aller pour la Part-Dieu. Mais nous vous en dirons plus dans quelque temps. ». Je suis sur ma faim. J’attends avec impatience ce nom, peut-être pourriez-vous nous le donner ce soir, à moins qu’il ne s’agisse un énième effet d’annonce…

Je vous remercie

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité