Grand Lyon Festival de Cinéma

logo-grand-lyon

Intervention de Christophe Geourjon au nom du groupe « Centristes et Démocrates pour le Grand Lyon »

Monsieur le Président, mes chers collègues

En regardant les films en salle, ou les documentaires sur l’histoire du cinéma, on a du mal à réaliser que le Septième Art est né à Lyon. Et pourtant. Sans Monplaisir, sans la sortie des Usines Lumières, les superproductions américaines n’existeraient pas. Lyon se devait donc d’organiser, enfin, un grand événement autour de ce thème, et de rendre hommage aux inventeurs.

C’est chose faite désormais, et il nous tarde d’être le 13 octobre, pour voir s’allumer ces Lumières 2009.
Le cinéma étant un art populaire, le divertissement familial par excellence, il aurait été regrettable de ne pas en faire profiter tous les habitants du Grand Lyon. D’autant plus que le Grand Lyon est le premier financeur de ce projet.

C’est pourquoi nous ne pouvons que souscrire au choix qui a été fait de développer un festival sur l’ensemble de nos territoires. La carte des sites choisis le montre. En même temps, il ya une unité suffisamment grande, avec la présence d’une réelle centralité festivalière, pour que l’événement ne soit pas dissout et invisible.

Au-delà, le programme nous semble, pour une première édition ambitieux, divers, spectaculaire.
Ambitieux, car faire partager l’amour du cinéma au plus grand nombre en faisant découvrir des films classiques, c’est une nécessité. La culture n’est pas un objet de consommation, c’est d’abord une exigence, que ce festival vient rappeler.

Divers, car entre les projections, les colloques, les présentations diverses, les soirées, nous aurons de nombreuses activités, pour tous les goûts, qui permettront aux visiteurs de découvrir notre agglomération.
Spectaculaire, enfin, car au-delà des scènes des films de Sergio Leone que nous avons tous en mémoire, cette première édition se fera en présence d’un parrain de choix, dont nous n’aurions sans doute pas osé rêver au début, Clint Eastwood.

Je veux à cette occasion remercier les équipes qui ont travaillé pour monter ce festival, et plus particulièrement l’Institut Lumière, et Thierry Fremaux.
Nous avons là une institution culturelle de première importance, qu’il convient de saluer et de soutenir.

Un million d’euros, c’est une dépense importante, mais elle va concourir au rayonnement international de l’agglomération, en offrant, dans le paysage des festivals de cinéma, un événement d’un format nouveau. Bien sûr, il nous faudra faire, ici même, un retour sur cette première expérience. Nous le souhaitons positif, car il ne faudrait pas que le clap de fin du 18 octobre soit définitif pour un rêve qui a mis si longtemps à se concrétiser.

Nous voterons ce rapport.

Je vous remercie.

Restons en contact !

One Reply to “Grand Lyon Festival de Cinéma”

  1. Il est capital de connaître l’histoire du cinéma, ce qui manque souvent cruellement aux pontes des studios. » En amoureux du 7e art, Eastwood n’a d’ailleurs pas hésité à payer de sa personne pour présenter, au cours du festival, des films de Don Siegel et de Sergio Leone, des cinéastes avec lesquels il a tourné et auxquels il a dédié son film Impitoyable, en 1992

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *