Lyon souffre d’un déficit d’équipements sportifs

ville-de-lyonIntervention de Christophe Geourjon au nom des élus UDI de la Ville de Lyon

Monsieur le Maire,

Le groupe UDI votera la modification du règlement intérieur des piscines en souhaitant que ce règlement soit réellement mis en œuvre par la ville de Lyon.

En tant qu’élu du 7ème je souhaite revenir sur votre décision de réduire les plages d’ouverture de la piscine Benjamin Delessert au public. Le créneau 17-19 heures ne sera plus proposé au grand public à partir de la rentrée.

Votre décision amène plusieurs remarques de notre part :

  1. Cette décision a été prise sans concertation avec la Mairie d’arrondissement. Ce sont des nageurs qui ont informé la mairie du 7ème de cette décision. On retrouve bien la votre mode de fonctionnement collégiale et en équipe !
  2. Votre adjoint à la Mairie centrale estime que les nageurs de Benjamin Delessert n’ont qu’à aller au centre nautique Tony Bertrand. Ce n’est pas le même public l’hiver qui peut être accueilli par ces 2 piscines! La piscine Benjamin Delessert est une piscine de proximité, avec un bassin de 25 mètres dont un petit bain ou on a pied. Cette piscine est propice à un apprentissage de la natation, à une natation de loisir, familiale. Le bassin Tony Bertrand propose un bassin de 50 mètres, sans petit bassin, c’est un équipement de niveau Métropolitain. L’hiver, il n’y a que les nageurs expérimentés qui y vont. Les familles, les personnes un peu âgées n’iront pas l’hiver !!!!

Depuis 2008 les élus centristes vous alertent sur le retard de Lyon en termes d’équipements nautiques. Lyon compte en moyenne 1 piscine pour 60 000 habitants, la moyenne nationale est d’une piscine pour 30 000 habitants. Votre réponse a été l’abandon de la piscine de confluence, la fermeture de la piscine de Monplaisir. Le compte n’y était pas, le compte n’y est pas !

Conclusion, on assiste a une concurrence entre les besoins des clubs et la légitime ouverture de ces équipements au public pour un usage loisir ou sportif.

Mais ce déficit n’est malheureusement pas spécifique aux piscines. Il en est de même pour une grande partie des infrastructures sportives. Au niveau des terrains de foot par exemple, la moyenne nationale est 6,6 terrains pour 10 000 habitants. A Lyon nous atteignons péniblement 1,3 terrains pour 10 000 habitants. Ces chiffres vous les connaissez, ils sont issus de l’Atlas du sport réalisé par l’agence d’urbanisme de la Métropole de Lyon …

Aujourd’hui, le déficit en infrastructures sportives est tel que les clubs en sont à faire de la sélection. Certains copains de mon fils, ont du l’an dernier, alors qu’ils avaient seulement 10 ans, faire 2 épreuves de sélection pour être admis dans un club de foot. Cette année le club a annoncé à l’un d’entre eux, dès le mois de février, qu’il ne pourrait poursuivre l’an prochain en catégorie U13. La seule justification étant qu’il n’est probablement pas un futur Alexandre Lacazette. J’ai des exemples dans des clubs de foot du 2ème, 3ème et 7ème arrondissement. Conclusion, dès septembre, ces enfants au lieu de pratiquer un sport 2 fois par semaine vont passer un peu plus de temps sur leur tablette !

Si nous en sommes arrivés à ce stade c’est que les clubs face à un manque d’infrastructures sportives ne retiennent que les joueurs les plus prometteurs et ne maintiennent pas d’équipes moins fortes ou de catégories loisirs. Monsieur le Maire nous n’avons pas tous l’envie d’être des champions olympiques, nous n’en avons pas tous les capacités.

Monsieur le Maire ce n’est pas notre conception du sport pour tous, avec tous. La pratique d’un sport, et particulièrement d’un sport collectif, doit être l’occasion d’apprendre le collectif, d’acquérir le goût de l’effort, le respect des autres. Le sport c’est aussi un lieu de brassage, de mixité sans discrimination.

Monsieur le Maire nous refusons votre gestion comptable de la Ville de Lyon, ce n’est pas notre conception de l’action publique.

Oui Monsieur le Maire, les collectivités doivent optimiser leurs dépenses. Mais pour cela il faut d’abord se concentrer sur les missions prioritaires de chaque collectivité. La commune doit être le niveau de la proximité, de l’épanouissement personnel, en particulier : petite enfance, école, sport pour tous, culture pour tous. Les autres dossiers sont du ressort de la Métropole, de la Région ou de l’état.

Monsieur le Maire, depuis des années nous vous demandons une nouvelle répartition des compétences entre la Ville de Lyon et la Métropole. Chaque dossier doit être géré par une seule collectivité. Votre réponse après le plan émeraude, a été le plan marge de manœuvre. Mais Monsieur le Maire, Lyon ne se résume pas à un bilan comptable. Réduire l’ensemble des budgets sans faire des choix, appliquer un « -6% » ne fait pas une politique municipale.

Je vous remercie.

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *