La Ville de Lyon doit réorienter ses investissements vers la proximité

Construction d’équipement de proximité : anticiper pour ne pas être dépassé.

Intervention de Christophe Geourjon, Conseil Municipal du Lundi 28 mai 2018

Monsieur le Maire,

Les élus du groupe « les Indépendants » notent avec satisfaction qu’en 2017 les acquisitions foncières de la ville de Lyon sont majoritairement destinés à la réalisation d’équipements de proximités. Pour le seul 7ème arrondissement cela représente 5,6M€ d’acquisitions foncières pour réaliser, dans les années à venir, 3 groupes scolaires.

Une perspective rassurante pour le quartier de Gerland qui connait une évolution, voire même une révolution démographique sans précédente. Cependant, si vous avez enfin pris en compte ce que les élus UDI de la Ville de Lyon ne cessent de répéter depuis tant d’année, vous subissez aujourd’hui le manque d’anticipation des années précédentes. Conséquence directe, la récente ouverture d’une école provisoire en préfabriqués, au niveau de la ZAC des Girondins, alors même que 1500 logements ont été livrés dans les 5/6 dernières années au niveau de la ZAC du Bon Lait et qu’au niveau des Girondins les livraisons s’accélèrent depuis le début de l’année. Toujours dans le 7ème, nous avons appris par la presse, au lendemain du dernier conseil d’arrondissement, l’ouverture à la rentrée 2019, d’une nouvelle école provisoire au sein du parc Blandan. 11 nouvelles classes qui verront le jour, le temps que l’école définitive soit livrée le long de l’avenue Berthelot en 2022.

Je vous rappelle que c’est le Maire de Lyon qui délivre les permis de construire et c’est le Maire de Lyon qui fait les arbitrages budgétaires !

Dans ce contexte, votre récente annonce d’une augmentation de 25 millions d’euros des investissements sur les écoles est un point positif. De même votre annonce concernant, la aussi, un plan d’investissement supplémentaire dans le domaine des espaces verts d’ici la fin du mandat est une bonne chose.

Si ces évolutions sont à mettre à votre crédit, elles doivent être généralisées aux autres domaines qui connaissent un déficit chronique d’équipement de proximité à Lyon. La commune doit investir dans les équipements qui répondent aux besoins de la vie quotidienne de ses habitants : éducation, sport, culture, cadre de vie. Or sur tous ces points notre ville présente un déficit. Prenons l’exemple des équipements sportifs, dont j’ai eu l’occasion d’évoquer la situation au niveau des piscines ou des terrains de foot. Nous avons à Lyon, un peu plus de 900 équipements sportifs soit une moyenne de 1,9 équipements pour 1000 habitants. La moyenne nationale constatée pour les Villes de la même strate que la notre, est de 2,6 équipements pour 1000 habitants. Cela représente un déficit pour les Lyonnais de 300 équipements sportifs. Nous pouvons constater le même sous équipement pour les lieux culturels et associatifs, les salles des fêtes, la petite enfance.

La Ville de Lyon doit réorienter ses investissements vers la proximité et le cadre de vie afin de rattraper ce retard. Pour cela, il convient de réfléchir ensemble aux équipements, sportifs, culturels et associatifs, qui ont une vocation métropolitaine et ceux qui relèvent de la proximité. Car oui, la Ville doit être le niveau de la proximité, de l’épanouissement personnel : petite enfance, école, sport pour tous, culture pour tous. Les autres dossiers doivent être du ressort de la Métropole ou de la Région.

La qualité des équipements publics, leur nombre, leurs créneaux d’ouvertures, leurs diversités sont indispensables pour le développement personnel de chacun d’entre nous. Demain l’existence ou pas de ces équipements et leur qualité seront des critères essentiels pour l’attractivité de notre territoire aussi bien sur un plan économique que démographique.

Ainsi une jeune start-up Lyonnaise, www.vivreou.com, propose depuis quelques mois de vous aider à trouver le quartier, la commune qui répond au mieux à vos attentes et besoins pour que le lieu de résidence ne soit pas un simple lieu d’habitation mais un lieu de vie. Pour cela elle analyse les besoins exprimés par les futurs habitants ainsi que les services et équipements publics proposés (en exploitant les données publiques disponibles en open data).

Pour rester attractive la Ville de Lyon doit donc réorienter ses investissements vers la proximité.

Je vous remercie,

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *