Le PDU : un débat verrouillé dans les communes

Pour répondre aux enjeux majeurs identifiés pour l’agglomération, le PDU 2017-2030 fixe plusieurs objectifs à atteindre, en se souciant d’assurer un équilibre entre les besoins de mobilité, d’équité et de cohésion sociale, le développement économique et les préoccupations liées au cadre de vie, à la protection de l’environnement et à la santé publique.

Ce nouveau PDU, élaboré à l’initiative du SYTRAL sur un territoire élargi, porte en matière de politique de déplacements un projet qui s’appuie sur le bilan des PDU antérieurs et intègre les orientations et objectifs des nouveaux documents cadres et de planification de l’agglomération.

Cette organisation de la consultation verrouille le débat dans les communes, ce qui n’est pas respectueux des élus locaux.

Monsieur le Président,

Nous sommes aujourd’hui sollicités en tant qu’élu de la Métropole de Lyon pour donner un avis sur le projet de PDU élaboré par le SYTRAL. Les élus UDI regrettent que l’avis du conseil de la Métropole n’ait pas été sollicité après que chaque commune se soit prononcée. Cette organisation de la consultation verrouille le débat dans les communes, ce qui n’est pas respectueux des élus locaux.

Monsieur le Président, le 16 décembre 2016, lors d’une réunion intitulée « Quelle mobilité pour demain ? » le responsable du service mobilité-voirie de la Métropole a indiqué – je cite – « Le PDU décrit la vision politique de la Métropole de Lyon en terme de mobilité ». Pour les élus UDI, il y une contradiction manifeste. En effet, si le PDU décrivait la vision politique de la Métropole en terme de mobilité, il devrait être élaboré, adopté puis porté par la Métropole de Lyon. Le SYTRAL étant, dans ce cas, simplement la structure opérationnelle de mise en œuvre de l’axe transport urbain du PDU. Aujourd’hui, la Métropole ne donne qu’un simple avis.

Monsieur le Président, cette bizarrerie a été rendue possible grâce à votre cumul des mandats et à votre 2ème casquette : celle de législateur. En effet, la loi NOTRe du 7 août 2015 renforce les compétences des Autorités Organisatrices de la Mobilité (AOM) -, autrefois autorité organisatrice des transports urbains  (AOTU) – mais précise explicitement que pour l’agglomération Lyonnaise le PDU sera du ressort du SYTRAL qui n’est pas une AOM

C’est ainsi que le PDU Lyonnais élaboré et adopté par le SYTRAL fixe également des objectifs en termes :

  • de report modal,
  • de parking et parc relais,
  • de stationnement sur voirie,
  • d’évolution des voiries,
  • de transports de marchandises,
  • de gares routières ainsi que de pôles d’échanges,
  • de covoiturage et d’autopartage,
  • de développement des modes doux et modes actifs (vélo, marche, nouvelles mobilités),
  • de déclassement de l’axe A6/A7

Alors que sur l’ensemble de ses sujets, c’est la Métropole de Lyon, en tant qu’AOM, qui a la compétence et la légitimité politique pour intervenir. C’est peut être pour cette raison que ces sujets sont traités seulement de manière superficielle dans le PDU. Nous approchons de la schizophrénie !

Ce PDU nous engage jusqu’en 2030, c’est donc un document qui est lourd de conséquences pour nos collectivités et les entreprises qui sont sur notre territoire, mais aussi pour les habitants de la Métropole de Lyon. Pourtant, le SYTRAL refuse d’intervenir dans les communes pour présenter aux élus et aux citoyens ce projet de PDU avant son adoption définitive. Organiser une réunion par commune était probablement trop lourd, mais la Métropole de Lyon compte 14 CTM (Conférence Territoriale des Maires), qui sont autant de bassin de vie où il aurait été pertinent et utile d’organiser des réunions de présentation. C’était aussi l’occasion de commencer à donner une existence pour les citoyens de ces territoires qui seront les circonscriptions électorales de 2020.

Nous estimons que les questions soulevées par le déclassement de l’axe A6/A7 ne sont pas suffisamment traitées. On voit que ce dossier, qui est le dossier clef des 15 prochaines années pour l’ensemble de notre territoire, a été rajouté en dernière minute sans analyse et sans perspectives approfondies.

Nous sommes satisfaits de la notion de corridor qui doit permettre de mettre en œuvre des lignes fortes Métropolitaines. Nous espérons retrouver cette notion dans le prochain PLU-H avec des choix clairs en terme d’urbanisme.

Nous sommes également satisfaits de la montée en puissance du réseau via le prolongement des lignes de Métro avec à court terme Oullins et les Hôpitaux sud, le renforcement de la capacité des lignes fortes – même si à ce niveau la hausse annoncée des capacités est en deçà des besoins réels.

En matière de report modal les communes de la 1ère couronne représentent un enjeu essentiel. En effet, c’est dans ces secteurs que les investissements doivent être renforcés afin d’offrir une solution en transport en commun efficace qui permette d’accompagner le changement de mentalité nécessaire pour passer de l’usage de la voiture à celui des transports en commun ou des modes doux.

Dernier point, nous regrettons le peu d’intégration du réseau TER dans le PDU. Hors pour réduire le nombre de véhicules pénétrant dans l’agglomération le développement d’un Réseau Express Métropolitain (REM) est indispensable.

Pour les élus UDI ce PDU manque d’ambition aussi nous abstiendrons nous. Je cède la parole à Yves-Marie Uhlrich, Maire d’Ecully pour une explication de vote.

Je vous remercie,

Christophe Geourjon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *