Eviter le repli sur soi au niveau du territoire Métropolitain

logo-grand-lyon-la-metropoleIntervention de Christophe Geourjon, au nom des élus du groupe « UDI et apparentés »

Monsieur le Président,

Les élus UDI approuveront avec satisfaction cette convention tripartite entre la Ville de Lyon, la Métropole de Lyon et la Région Auvergne Rhône-Alpes. En effet, la Cité Scolaire Internationale de Lyon (CSI) à la spécificité d’être composée à la fois une école primaire (479 élèves), un collège (683 élèves) et un lycée (853 élèves).

La CSI scolarise des élèves français et étrangers, notamment ceux dont les parents travaillent dans les organisations ou dans les entreprises à vocation internationale, ainsi que les enfants de familles binationales ou de retour d’expatriation. De ce fait, elle a une vocation métropolitaine et son rayonnement dépasse les frontières de la Ville de Lyon. C’est bien un facteur d’attractivité de notre territoire.

Au printemps 2016, le Maire de Lyon a décidé, de ne plus accorder de tarification basée sur le quotient familial pour les familles non résidentes à Lyon en ce qui concerne la restauration scolaire et les activités périscolaires de l’école élémentaire. Je ne reviendrai pas sur le fond de cette décision mais plus sur les conséquences pour la CSI.

À ce jour, près de 40% des enfants scolarisés dans l’école primaire de la CSI résident dans des communes de la Métropole autre que Lyon. Cette décision est très dommageable pour les familles modestes qui ont fait le choix de continuer l’ouverture internationale de leurs enfants. Dans le même temps, les communes où résident ces enfants refusent de compenser cette hausse. J’ai notamment l’exemple d’une famille qui réside à Villeurbanne.

Cette problématique est aussi rencontrée dans les autres écoles de la Ville de Lyon, dont le rayonnement dépasse le périmètre administratif municipal. Je pense par exemple aux Classes à Horaires Aménagés.

Monsieur le Président, dans la dynamique de la création de la Métropole, il n’est pas possible d’accepter que la baisse des dotations de l’état aboutisse au repli sur soi. Aboutisse à la construction de murs autours des frontières administratives de chaque commune.

Les élus UDI vous demandent, Monsieur le Président, de mettre en place un travail collectif sur cette problématique. Il faut aboutir rapidement à une politique intercommunale ou Métropolitaine sur ce sujet qui impacte concrètement l’avenir des petits métropolitains.

Je vous remercie

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *