Déclassement de l’autoroute A6/A7 : quelle vision sur 15 ou 20 ans ?

En avril dernier, la Métropole de Lyon lançait la concertation préalable du projet de requalification de l’axe A6/A7 – Horizon 2020, en application des dispositions des articles L 103-2 et R 103-1 du code de l’urbanisme relatif aux investissements routiers. Aujourd’hui cette délibération est clôse, mettant au jour des avis favorables, mais aussi des regrets et des inquiètudes venant des 257 contributions des citoyens.

Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président,

Cette délibération proposant d’approuver le bilan de la concertation préalable est une étape clé qui va permettre le démarrage effectif de ce projet. Les élus UDI voteront donc avec satisfaction cette délibération.

Les élus UDI ont déjà eu l’occasion, à plusieurs reprises, d’intervenir sur ce dossier. Notamment :

  • lors du déclassement de l’axe autoroutier,
  • puis quand nous avons présenté notre projet de requalification – Un projet réalisable à court terme et qui permettait un réel report modale
  • et enfin, fin 2017, nous avons donné un avis sur la phase 1 du projet de requalification.

Au sujet de la concertation :

Premier point : il est important de souligner qu’une très grande majorité des avis sont favorables au projet, plus précisément 86% des 257 contributions, mais quasiment tous expriment des regrets ou des inquiétudes. Pour les élus UDI, ces remarques doivent être autant de pistes d’amélioration du projet.

À titre d’illustration, je reprendrai les remarques qui ont été faites vis-à-vis du sous dimensionnement des parcs-relais de La Garde et d’Yvours (respectivement seulement 150 et 280 places, soit l’équivalent de 3 à 6 bus relais). La réponse de la Métropole indiquant des études pour, à moyen terme, augmenter la capacité n’est pas acceptable. Il est impératif que dès l’ouverture nous ayons plusieurs centaines de places au niveau de ces 2 parcs-relais, ainsi que des consignes à vélo sécurisées. Sinon, il est inutile de mettre en œuvre des bus express car ils seront vides ! Une autre interrogation concerne la fréquence de ces bus express… Il est nécessaire d’anticiper les besoins des utilisateurs, en particulier aux heures de point du matin et de l’après-midi !

Plusieurs contributions soulignent que « tous les modes de transport devraient être concernés par un tel objectif de report modal et en particulier le ferroviaire ». Les élus UDI partagent cette opinion vis-à-vis du déclassement de l’A6/A7, mais aussi et plus largement au niveau de l’ensemble du territoire Métropolitain où nous devons plus nous appuyer sur le transport ferroviaire. Nous demandons que Région et Métropole co-décident et co-financent le développement d’un Réseau Express Métropolitain, sorte de RER à la Lyonnaise rassemblant les lignes fortes ferrées (Métro, Tram, Tram-train et TER). Les infrastructures existent en grande partie, il convient d’optimiser leur usage en facilitant leur accessibilité et en mettant en œuvre une convergence tarifaire TCL/TER sur le territoire Métropolitain.

À l’occasion de ce dossier, je souhaite redire que pour les élus UDI le déclassement de cette portion de l’axe A6/A7 est un enjeu Métropolitain. Il ne convient pas d’opposer le centre au reste de la Métropole ou d’opposer l’ouest à l’est Lyonnais. Les élus UDI sont convaincus que ce projet doit être et peut être bénéfique pour tous !

Plusieurs associations, je pense à COVIFER (Corbas Vigilance Ferroviaire), mais aussi au collectif FRACTURE, indiquent qu’au-delà des infrastructures routières, qui sont aujourd’hui majoritairement concentrées dans l’est de l’agglomération, il y a une forte demande de mesures compensatoires en terme d’infrastructures lourdes de transports en commun.

Pour les élus UDI, le renforcement à l’est du maillage des lignes fortes de transports en commun doit être une priorité. Cette nouvelle liaison de transport en commun permettrait d’accompagner le fort développement de ce territoire et de constituer une porte d’entrée pour l’est de notre métropole jusqu’au nord-Isère, tout en réduisant le trafic pendulaire sur les autoroutes A43 et A42.

Dans le même esprit, les élus UDI demandent que les solutions qui seront expérimentées sur l’axe A6/A7 soient rapidement déployées sur l’est de l’agglomération. Je pense en particulier à la politique incitative en faveur du covoiturage, mais aussi aux lignes de bus Express. L’objectif est bien, à l’échelle de la Métropole, de favoriser le transfert modal.

Monsieur le Président, le sujet des mobilités est central pour les habitants de la Métropole. Dans 15 ans, de nombreux enjeux seront à traiter : la transformation effective de l’axe A6/A7 en boulevard urbain, la réduction de la circulation sur les infrastructures autoroutières de l’est, la réalisation de l’anneau des sciences et du contournement Est ou Ouest de l’agglomération, la phase 3 du NFL (Nœud Ferroviaire Lyonnais), la requalification de l’A47 ainsi que la modernisation de liaison TER entre St-Etienne et Lyon en lieu et place du projet d’A45 … tous ces projets nécessitent des budgets considérables … tous ces projets nécessitent des budgets très conséquents ! Les élus UDI vous demandent de présenter clairement votre vision à 15 ans ou peut-être même à 20 ans (puisque ce chiffre semble tendance aujourd’hui) !

Ces sujets doivent être débattus collectivement et en toute transparence, nous vous demandons donc une commission générale pour aborder les mobilités au sens large, y compris le développement des mobilités actives et de l’offre de transports en commun.

Je vous remercie,

Christophe Geourjon

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *