Intervention de Christophe Geourjon au noms des élus « Centristes et Démocrates pour Lyon – UDI »

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Enfin, la métropole !

Dès février 2009, avec les autres élus centristes de la Ville de Lyon, je défendais l’idée d’une métropole lyonnaise intégrée.

Aujourd’hui un grand pas a été franchi. Maintenant, nous sommes lancés. Nous devons réussir.

  • Réussir d’abord pour les Grand Lyonnais, pour favoriser le développement économique, la création d’emploi et la qualité de vie des habitants de notre agglomération.
  • Réussir pour être compétitif alors que notre millefeuille administratif unique en Europe est un handicap.
  • Réussir pour agir mieux et proposer une réponse globale par exemple dans le domaine social ou nous aurons une approche allant de l’aide sociale, à l’habitat en passant par l’insertion.
  • Réussir pour fluidifier nos déplacements cette simplification institutionnelle devrait être synonyme d’une efficacité accrue. Nous avons besoin de rationaliser les transports, pour améliorer l’offre, la coordination, l’information, la hiérarchisation des lignes, renforcer les dispositifs de rabattage, offrir une vraie tarification unique.
  • Réussir dans l’accompagnement de l’éducation avec des compétences allant de la petite enfance jusqu’au collège.
  • Réussir aussi pour les autres territoires français. Car, nous aurons valeur d’exemple. De notre réussite dépendra les décisions d’autres agglomérations, et les choix futurs du gouvernement.

Bien évidemment, à nouvelle organisation, nouvelle gouvernance. On ne pourra pas transposer la gouvernance du Grand Lyon au niveau de la Métropole. Il faudra innover et simplifier nos façons de travailler. Aller vers plus de collégialité, plus de proximité, plus d’efficacité.

Inspirons nous du meilleur du texte de 2010. Par exemple, la limitation à 15 du nombre de vice-présidents, pour un exécutif pleinement responsable où chacun aurait une délégation réelle sur son domaine d’intervention ne plus avoir 2 VP au développement durable et l’urbanisme explosé entre plusieurs VP..
La métropole ne doit pas être un monstre technocratique. La création de la Métropole de Lyon doit être l’occasion de mettre en place un nouvel équilibre sur le territoire, avec les communes, les arrondissements.

Profitons de cette réforme pour franchir un nouveau cap, en donnant de vrais pouvoirs et de vrais budgets aux arrondissements. Chaque arrondissement lyonnais est le mieux placé pour conduire les actions de proximité : propreté, crèches, école, vie associative, social comme le font déjà les autres communes du Grand Lyon. Cette décentralisation à l’échelle lyonnaise apporterait plus d’efficacité et de réactivité pour répondre aux besoins des Lyonnais.

Nous sommes favorable, et ce n’est pas nouveau, à la suppression de l’échelon administratif « Ville de Lyon ». Les Lyonnais y sont eux même favorables.

delà, cette nouvelle organisation permettrait l’émergence de nouvelles synergies locales. Par exemple, le 5e avec Saint Foy, le 8e avec Vénissieux ou Bron, le 2e avec La Mulatière ou le 3ème avec Villeurbanne.

Enfin cela rééquilibrerait la métropole et favoriserait son élargissement, il n’y aurait plus de raison de craindre une ville de Lyon toute puissante. Nous aurions deux échelons parfaitement complémentaires : les communes et arrondissements pour la proximité, l’humain et les compétences sociales transférées du Département ; la métropole pour le développement des dossiers stratégiques d’agglomération. Métropole dont le siège serait l’actuel Hôtel de Ville de Lyon, Métropole qui pourrait s’appeler tout simplement Lyon.

En effet, vous avez cité comme source d’inspiration le « Grand Londre » … mais allez au bout de l’exemple car en réalité Londre correspond sur un plan administratif au « Grand Londre ».

Nous sommes aujourd’hui dans une communauté de projets. Nous serons demain dans une communauté plus humaine, où la garantie du lien social imposera un nouveau lien territorial.

Cela supposera de l’audace dans la future loi qui instituera la métropole.

Monsieur le président, chers collègues, pour finir, je dirai que nous sommes collectivement devant un choix historique. Trois voies s’ouvrent à nous.

  • L’immobilisme, et c’est la chute assurée.
  • Le choix de facilité qui serait de faire une métropole incomplète, au niveau de la gouvernance locale, une métropole qui devrait être revue dans quelques années, pour garantir sa pérennité et son efficacité.
  • Le choix du courage politique, avec une réforme complète, telle que je l’évoquais, difficile, mais seule voie pertinente pour construire l’avenir. Avec Michel Mercier vous avez inscrit notre collectivité dans ce mouvement allons au bout de cette logique.

Je vous remercie,

Restons en contact !

One Comment

  • Karim

    J’aime bien à votre idée, mettre les arrondissements et les communes à un même niveau notamment sur le plan de la proximité, et faire en sorte que la métropole soit le véritable acteur de développement la ville aussi bien aux niveaux local, qu’européen, ou même mondial, c’est très bien !
    Pourquoi alors ne pas renommer les communes en arrondissements, ce serait plus logique. Il faudrait peut-être aussi en diminuer le nombre, pas très fortement mais assez pour ne pas morceler la ville. Notamment au nord, et à l’ouest, et penser à un système de mairies annexes pour faciliter l’accès aux administrations pour les habitants !
    Continuer comme ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *