Un boulevard urbain à la place de l’A6/A7…

Le dossier de déclassement est le grand dossier de ce mandat ! Les interventions et les propositions des élus du groupe UDI et Apparentés de la Métropole de Lyon sont nombreuses.

Le conseil du vendredi 15 décembre présente la première étape « l’horizon 2020 » composé de bus-express, de réduction de voiries, espaces végétalisés, pistes cyclables… Une délibération source de satisfactions mais aussi de regrets.

« Nous souhaitons que des études précises soient effectuées en terme de report de trafic, afin que les bouchons constatées quotidiennement sur le secteur de Fourvière ne soient pas purement et simplement déplacées sur la partie Nord de l’actuelle autoroute… »

Intervention de Christophe Geourjon

Monsieur le Président,

Cette délibération est pour nous à la fois source de satisfactions mais aussi de regrets.

  • Satisfaction, car le projet de déclassement de l’A6/A7 avance enfin, et nous vous en remercions Monsieur le Président. C’est un vrai changement par rapport à la situation précédente.
  • Satisfaction, car vous vous engagez sur un calendrier en 3 phases jusqu’en 2030.
  • Satisfaction, car le projet que nous votons aujourd’hui est très proche de celui que les élus UDI ont proposé. A savoir engager sans attendre la réalisation de l’Anneau des sciences, la requalification de l’axe autoroutier en favorisant le report modal vers les transports en commun, les modes actifs et le covoiturage.
  • Satisfaction, car dès la phase 1 un premier itinéraire cyclable reliant Pierre-Bénite à Perrache sera réalisé
  • Regret de l’absence de concertation en amont de cette délibération qui prévoit 29M€ d’autorisation de programme. En commission, il nous a été annoncé une concertation avec les communes concernées dans les semaines et les mois à venir… reconnaissez que c’est un peu tard !
  • Regret, car cette phase 1 n’est pas à la hauteur de l’enjeu pour les 20 kms de l’A6/A7 à requalifier. Pour nous, il s’agit d’une première étape qui doit être complétée dans les mois à venir.
  • Regret, car vous envisagez le déclassement réel de l’A6/A7 qu’après la réalisation de l’Anneau des Sciences, or celui-ci n’est pas encore en programmation. Cette temporalité indique clairement que vous voulez reporter une part importante du trafic automobile de l’axe A6/A7 vers l’anneau des Sciences (environ 50 000 véhicules/jours). En l’état actuel de votre projet, le report modal n’est donc pas une priorité pour la Métropole.
  • Regret, car vous n’avez pas fait le choix de prolonger l’A432, solution qui permettait de ne pas reporter le trafic de transit sur St Priest.
  • Regret, car vous évoquez les phases 2 et 3 respectivement en 2025 et 2030 sans indiquer de budget prévisionnel ni de sources de financement… ces 2 points sont pourtant indispensable pour crédibiliser le calendrier annoncé !

J’illustrerai ces regrets par un seul exemple : la ligne de bus express que vous prévoyez. Nous sommes favorables à la mise en place de cette ligne – c’était d’ailleurs la pierre angulaire des propositions UDI – mais sa mise en œuvre n’est pas à la hauteur de l’enjeu :

  • En effet, le  parc relais prévu est insuffisant avec seulement 150 places sur l’échangeur de La Garde. Si on veut un véritable report modal, c’est plusieurs milliers de places qui sont nécessaires, sinon la ligne express de bus sera vide et donc inutile.
  • De plus cette ligne express offre un temps de trajet trop long avec une liaison entre Limonest et la gare de Vaise en 25 minutes. Trop long pour réellement convaincre les automobilistes d’abandonner leur voiture pour la ligne express.

Les élus UDI sont partisans du prolongement de l’A432, plutôt que de l’élargissement de l’A46 Sud en 2×3 voies. Ceci est plus pertinent sur le moyen terme, en évitant d’augmenter le trafic de transit en cœur d’agglomération, surtout sur le territoire de St Priest.

Nous approuvons les mesures incitatives en faveur du covoiturage, cela fait juste 5 ans que nous les réclamons ! Mais, nous regrettons que ces mesures n’intègrent pas la création d’un label covoitureur valable pour la journée et offrant un panel de service dédié. Pour augmenter significativement le nombre de passager dans une voiture, il faut une politique incitative globale. Pour nous le covoiturage est un moyen de transport en commun individuel.

De même, nous soutenons la mise en œuvre du péage de transit permettant d’éloigner de notre agglomération les véhicules en transit. Ce dispositif permettra de protéger effectivement les riverains de l’axe A6/A7, du Bd périphérique Laurent Bonnevay et de la Rocade Est.

Cette phase 1 peut et doit être améliorée, par un travail en commun avec les communes concernées par exemple sur la section Nord, en particulier sur Écully. Alors que des voies urbaines seront requalifiées à Oullins, la Mulatière ou Lyon, nous regrettons l’absence d’aménagements structurants sur la partie Nord. Le Maire d’Écully souhaite d’ailleurs rappeler qu’environ ⅓ de la population de sa commune subit aujourd’hui les nuisances de l’Autoroute (air, bruit…). La Ville d’Écully, dont la population correspond aux ⅔ de la population de Confluence, doit donc bénéficier des mêmes aménagements qualitatifs que ceux prévus sur le secteur de Confluence. Nous serons particulièrement vigilants pour que les études complémentaires mentionnent clairement des aménagements sur cette section Nord, en particulier sur l’échangeur du Perollier.

Au-delà, la mise en œuvre en l’état de cette phase 1 du projet pourrait aboutir non pas à une baisse du trafic, mais à une augmentation du nombre de personnes empruntant cet axe. Ceci compliquerait la mise en œuvre des prochaines phases du déclassement.

Pour finir, nous souhaitons que des études précises soient effectuées en terme de report de trafic, afin que les bouchons constatées quotidiennement sur le secteur de Fourvière ne soient pas purement et simplement déplacées sur la partie Nord de l’actuelle autoroute… Ceci pourrait notamment être le cas, après la réalisation de l’anneau des sciences, au niveau de l’échangeur du Valvert.

Monsieur le Président, les élus UDI voteront cette première étape de la phase 1 du déclassement de l’axe A6/A7. C’est une vraie avancée que vous nous proposez. C’est le signe que vous souhaitez enfin que le déclassement de l’A6/A7 ne soit pas simplement des charges et des responsabilités supplémentaires pour la Métropole, mais une réelle opportunité pour notre territoire. Nous vous demandons cependant de retravailler le projet afin que très rapidement vous puissiez compléter ce projet par une étape 2 permettant de mettre en œuvre, dès 2020, un déclassement ambitieux et pas simplement une opération cosmétologique.

Je vous remercie,

Christophe Geourjon

Restons en contact !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *